Sommaire
"portrait de teckel"
 

Il y a 6 ans, alors que j'exposais mon portrait de teckel au crayon pour la première fois, cette grande dame parisienne était tombé en pamoison et m'avait immédiatement commandé le portrait du sien. Je n'en ai pas pris de photo, il n'a donc pas les honneurs du Musée du chien. Juin 2005, cette charmante cliente me rappelle pour offrir à son mari le portrait de leur nouveau teckel agé de 19 mois.
Il pleuvait quand j'ai pris la photo et comme vous pouvez le voir, elle est floue, bougée et beaucoup trop sombre. Mais ma chère cliente voulait ce cliché et aucun autre. Il a fallu que je fasse travailler mon imagination.

J'ai du inventer toute la partie gauche de sa tête, noyée dans une ombre si dense que je ne pouvais pas voir où se cachait l'oeil.
Ci-dessous, détail des yeux

Dans cette photo montrant les détails du poil du poitrail, on voit qu'il y a différentes couches de peinture, posées comme des glacis. Les premières, assez légères, me donnent une indication de couleur tout en affinant le dessin de base. Puis par petites touches, je vais monter en intensité de couleur, avant de travailler poil à poil.
Puis, oubliant mon tableau quelques heures, je reviens avec un oeil neuf pour mieux voir d'une part les zones d'ombre et de lumière, et d'autre part, les parties qui sont trop précises et qui nécessitent un peu de flou.

Avec un jus sale, je mouille mon aquarelle sans toucher aux parties qui montrent la lumière. C'est très apparent sur cette photo.
Et dans la partie basse de la photo, vous voyez une touffe de poils beiges que j'ai noyés d'eau pour les faire fondre dans le flou.




Si seuls les teckels vous interessent,
cliquez sur les photos pour voir ces portraits
et leur histoire.

Sinon passez à la saga du peintre