Sommaire
Autres Leçons Lecon d'aquarelle N°2 Autres Leçons

leçon de peinture : conseils, trucs et astuces d'un peintre professionnel

PEINDRE AVEC 4 PIGMENTS
Auteur: Cyrille_Jubert,

Invité à donner des cours de peinture à Palm Beach (Floride), en janvier 2005, j'ai commencé par la leçon d'aquarelle N°1, étude de blancs que vous venez de lire. Pour mémoire, il s'agit en mélangeant 3 couleurs de base, d'obtenir un gris aux multiples nuances pour peindre des chiens blancs.
Cette deuxième leçon va vous montrer qu'avec ces mêmes pigments + un , vous pouvez peindre un portrait de chien riche, vivant et coloré.
Il en serait de même de n'importe quel sujet: objet, paysage ou personnage.

Ma palette : bleu de cobalt, ocre jaune, magenta et indigo.
-L'indigo me permettra d'obtenir des couleurs denses, proches des noirs en le mélangeant avec l'ochre et le magenta
-le cobalt m'autorisera toutes les nuances claires, allant jusqu'au blancs, en le mélangeant avec ces deux mêmes pigments.

Papier d'aquarelle
Je peins sur du papier Arches 300g grain satiné, qui est en fait totalement lisse, me permettant des dessins au crayon puis au pinceau d'une extrême finesse. Ma feuille pour cet exercice est au format 30x40cm. Exceptionellement, j'ai peint sur un papier que je n'avais pas tendu auparavant.
Le dessin préalable
"Une belle aquarelle, c'est d'abord un beau dessin"
. Mon sujet avait été dessiné à Paris avant de partir, pour n'avoir qu'à peindre devant mes élèves. J'ai néanmoins redéfini les yeux avant de commencer à peindre.

Apprendre à voir
Le premier enseignement de ce deuxième cours est d'apprendre à "voir", de savoir regarder les nuances, les reflets colorés dans les tons sombres comme dans les tons clairs. Il est essentiel que vous sachiez regarder votre sujet avec un oeil d'artiste. Il vous sera plus facile de commencer cet exercice en analysant une photo. Quand cette gymnastique vous sera devenu familiere, votre vision des couleurs sera différente et vous verrez la vie d'un oeil neuf.
Ou du moins, je l'espère

PHOTO DE REFERENCE

Voici à gauche la photo d'un drathar. Concentrez votre regard sur l'oreille gauche, voyez vous le reflet bleu en haut ? et la mèche dans les violets, qui devient pourpre, puis ocre dans la lumière ?
Maintenant regardez au sommet du crane. Distinguez vous les reflets bleus, violets et pourpres, là ou le poil reflete le ciel du soir, alors que les sourcils refletent en ocre, orange et pourpre, le soleil couchant.

Voici à droite la même photo travaillée sous photoshop pour exagérer ses contrastes. Des traits de couleur bleus, jaunes ou rouges pointent vers les dominantes des reflets dans la fourrure du chien.
Notez bien que cette photo contrastée a été bricolée pour vous à mon retour, longtemps après avoir peint le tableau.

Premier glacis

Que ce soit en peinture à l'huile ou à l'aquarelle, les mêmes principes peuvent s'appliquer.

Le premier glacis, la première couche de peinture, va donner très grossièrement des masses, de larges zones ayant la même dominante de couleur.
Mon but étant de faire une démontration, j'ai quelque peu forcé le trait et exagéré les nuances. Au fil des glacis, ces fortes touches de couleur vont se fondre pour n'etre plus que des reflets.

Vous noterez que dés les premiers coups de pinceau, chaque mèche est peinte dans le sens du poil. Du début jusqu'à la fin, quelque soit la taille du pinceau, il faut toujours peigner le poil en pensant que tous vos traits se verront en transparence.
Ce qui vous semble une masse noire sur la droite, n'est qu' un mélange d'indigo, d'ocre et de magenta.

Reussir les Yeux
Quoi de plus horrible que ce masque aveugle ?
Avant de continuer le travail sur le poil, je vais créer les yeux de mon chien. Si le regard est réussi, le tableau le sera aussi.
Travaillant à l'aquarelle sans rajout de gouache blanche, je cherche d'abord la lumière la plus vive dans la photo de référence, et je cherche avant tout à la préserver.
Les reflets de lumière dans l'oeil sont peints avec un bleu de cobalt très dilué. Cette touche presque imperceptible est pourtant necessaire.
Travaillant sur l'iris, je vais le peindre avec une couche très fine d'ocre et laisser sêcher.
Je repasse une couche très fine plus excentré, en mélangeant l'ocre avec une pointe de magenta.
Quand ce sera sec, en mélandeant magenta, ocre et une pointe d'indigo, j'obtiens un marron-rouge pour la pupille.

Je ne cherche pas à obtenir la teinte exacte immediatement. Ni la forme exacte.
La couleur est une donnée relative, dont la veleur change avec son environnement immédiat, voire plus lointain. Je vais donc prendre le temps de poser le bord des paupières avec une très fine couche d'indigo, imaginant un reflet humide qui n'est pas nécessairement sur la photo, mais qui donnera plus de vie.

Enfin, une touche dense de mes 3 couleurs les plus fortes, frisant le noir, va chercher à situer le coeur de la pupille, en lisière de mes reflets de lumière.
Comme cet exercice était fait en cours, les scans n'étaient faits qu'en fin de journée. Je ferai ultèrieurement un atelier spécial sur l'oeil, avec le nombre de scans nécessaires.

Voici quelques retouches plus loin, le même oeil.
Des stries, mélange d'ocre et de magenta, sont venues donner du relief et de la couleur, sans diminuer la lumière renvoyée par le fon ocre. L'iris s'est densifié de façon inégale.
Vous voyez que la paupière infèrieure n'a pas été peinte d'un coup de pinceau horizontal, mais par de petits coups verticaux, lui donnant de la matière.
La paupière supèrieure laisse voir toutes les strates de couleurs.

Pinceaux d'aquarelle
J'utilise des pinceaux en "petit gris" de taille 1, 2 ou 3, souvent plusieurs en même temps. L'un servant à mouiller la partie à peindre, l'autre à poser les pigments, le troisième me servant à sucer le trop plein d'eau ou de pigments, pour nuancer.
Pour les détails, j'ai utilisé un pinceau d'aquarelle 2/0 en poils de martre.


Vous voyez ci dessous, que j'ai donné au poil sa matière laineuse, par un léger "tremolo" du bout du pinceau.

Vous voyez dans ce détail ci-dessous, que l'on retrouve mes 4 pigments de base, mélangés certes, mais sans castrer leur forces et identités respectives.

La truffe humide
Un chien en bonne santé a presque toujours la truffe humide. Accessoirement, la truffe peut être, pour vous, un moyen de donner de la lumière, de la vie et du brio à votre chien. Alors ne vous en privez pas.
Ci-dessous, vous voyez les toutes premières couches. Sur le dessus peint mouillé sur mouillé, l'on peut voir que j'ai aspirer du bout de mon pinceau, les pigments cobalt, pour donner une plus grande lumière. Sur le côté droit, le cobalt se mélange au magenta, sali d'une poite d'ocre.
Sur la partie verticale de la truffe, vous voyez la sous-couche légère à gauche, et le travail de matière à gauche.
Cette matière continuera à se voir sous les futures couches qui le recouvriront. La preuve flagrante ci-dessous!

Comme vous le constatez, au fur et à mesure que le poil autour de la truffe prenait de la consistence, j'ai osé monter les valeurs tant dans les reflets de lumière, que dans les ombres fortes de la truffe.
Par contraste, la lumière sur les angles resplendit.
Ce gros plan vous permet de voir le fin travail sur la moustache du chien. Vous constaterez que les coups de pinceaux successifs osent des couleurs franches qui se mélent par un effet de superposition.

Couleurs complémentaires
Le masque aveugle de tout à l'heure prend immédiatement un sens, quand l'oeil apparait. La tête cherche un équilibre autour de l'axe entre l'oeil et la truffe.
L'artiste doit alors patiemment contrebalancer les couleurs et les masses.
Un portrait proche du fauvisme

Voilà le portrait à la fin de ce bref séjour à Palm Beach

Il est certain que je n'aurais pas pu l'avancer autant en n'y travaillant que pendant l'atelier, alors que chacun de mes étudiants demandaient mon aide et mes conseils sur leurs travaux respectifs.

Le week-end suivant l'atelier, j'ai travaillé d'arrache-pied, jusqu'à 11heures d'affilée dimanche, car j'avais rendez vous avec LE galeriste de New York, William Secord, spécialisé dans les portraits de chiens.

Il me fallait, outre mon book, une oeuvre qui sache chanter mes louanges..
dites moi que j'ai réussi

Ce n'est pas gagné! Mais c'est un premier contact.
Ce cher homme est un excellent vendeur et sait vendre des portraits sur commande, qui ne sont pas exceptionnels près de trois fois le prix des miens. Or, personne ne peint des tableaux comme mes mises en scènes de chien avec la passion de son maitre.
Donc, William Secord m'interesse grandement.


Dernier coup d'oeil

Regardez le même portrait en N&B

 

Interressant n'est ce pas ?


Je vous recommande d'aller voir un portrait de springer peint dans le même esprit, réalisé en janvier 2006

Offrez moi vos commentaires